UNE PUCE NEUROMORPHIQUE, KESAKO ?
« Neuromorphique », le terme semble barbare au premier abord, rassurez-vous ça a été pareil de notre côté. Voici le nom donné par Intel à la nouvelle génération de puces intelligentes que l’entreprise vient de dévoiler. Cette puce fait rêver, tout autant qu’elle effraie. Il s’agit d’une puce capable d’apprendre tout seule, en fonction de son expérience et en tenant compte des changements rencontrés dans son propre environnement. Du très lourd !

ELLE REPRODUIT LE CERVEAU HUMAIN, UNE NOUVELLE FORME D’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
Injectée dans un dispositif, cette puce sera en mesure de l’optimiser en lui offrant des capacités hors normes. Loin de l’intelligence artificielle que l’on connaît, où l’homme charge la machine d’algorithmes pour que la puce se serve de données avant d’agir. Ici, Intel se rapproche du cerveau humain, puisque la puce mute toute seule en fonction des données qu’elle engrange, faisant penser aux activités cognitives du cerveau humain.

LOIHI, PAS CHAUVE DES NEURONES
Baptisée Loihi, cette puce neuromorphique risque d’attirer les géants du web, de la robotique, du high-tech, ainsi que tous les domaines ayant pris le virage de l’intelligence artificielle. D’après les scientifiques, cette puce représenterait l’équivalent de 130000 neurones, et serait 1000 fois plus puissante qu’un système informatique classique ! On peut penser aux bonds que vont faire les entreprises en possession d’une telle technologie, mais aussi à la peur et aux risques que cela peut causer dans le futur. Car la puce reproduit à l’identique certaines fonctions du cerveau, et grandit en fonction des aléas de son environnement. On vous avez dit que cette puce neuromorphique, c’était du lourd – ou c’est elle qui nous l’a dit ?

 
 

Inscrivez-vous
à notre super newsletter !


Inscrivez-vous
à notre super newsletter !